Contact
Essai gratuit
Actu RH |

3 MIN

Discriminations à l'embauche : deux entreprises épinglées par le ministère du travail

© AFP (archives)
Alexandre Diard
© AFP (archives)

La ministre du travail n’a pas hésité à révéler, ce mardi soir, le nom de deux entreprises fautives en matière de discrimination, AccorHotels et Courtepaille. Leurs plans d’actions, mis en place pour contrer les pratiques discriminatoires révélées à la suite d’un testing, n’ont pas été jugés pertinents. AccorHotels conteste le verdict.

Essai gratuit 

Myriam El Khomri avait prévenu, en avril dernier : en cas d'immobilisme ou de mesures purement cosmétiques, elle n’hésiterait pas à diffuser publiquement le nom des entreprises qui n’ont effectué aucun plan concret de lutte contre les discriminations, à l’issue des pratiques fautives révélées par le testing  à l’embauche. Elle met aujourd’hui sa menace à exécution : deux entreprises viennent de se faire épingler. Il s’agit d’AccorHotels et de Courtepaille.

C'est ce que les Anglo-saxons appellent le "name and shame". Une méthode redoutable pour les entreprises en termes d'image. Et souvent mal vécu par les services RH mis en cause. "Je ne souhaite pas les clouer au pilori mais les mettre face à leurs responsabilités pour qu’elles se mobilisent à la hauteur de cet enjeu", reconnaît la ministre. Contacté, Courtepaille n’a pas répondu. Mais AccorHotels a indiqué que "les résultats de ce testing, qui a porté sur 38 hôtels en France, étaient clairement insuffisants". "Ils ne reflètent pas notre engagement en France et à l’international, en matière de diversité et d’inclusion", a plaidé l'entreprise.


Une évaluation confiée à Vigeo Eiris

Début décembre, les résultats de l’enquête Dares-ISM Corum mettaient en avant le risque de discrimination à l’embauche qu’encourent les candidats dont les noms sont à consonance maghrébine. Pour une douzaine d’entre elles, le testing initié par le ministère du travail, d’avril à juillet 2016, auprès de 40 sociétés de plus de 1 000 salariés, faisait apparaître un risque élevé de discrimination dans le traitement des candidatures. Elles ont alors été invitées à produire un plan de prévention en matière de lutte contre les discriminations.

C’est le cabinet Vigeo Eiris, spécialisé dans la notation en matière en responsabilité sociétale, qui a mené l'évaluation. Résultat ? 10 entreprises ont revu leurs process de recrutement. "Les plans d’actions présentés à l’agence ont démontré leur ambition de ne pas s’en tenir à des correctifs marginaux ou cosmétiques mais de saisir pleinement leur responsabilité et parfois étendre celles-ci à leur filiales, réseaux de franchise ou de partenaires", s’est félicité Myriam El Khomri. Concrètement, elles se sont dotées de moyens "pertinents" : actions de sensibilisation à destination des RH et managers ; recours à des cabinets de recrutements spécialisés dans la diversité ; partenariat avec des organismes dédiés à la promotion de l’égalité des chances; politique portée au niveau de la direction générale…

Essai gratuit

Nouveau testing en 2017

Reste deux mauvais élèves. La situation de ces entreprises est "particulièrement préoccupante", a indiqué la ministre. D’une part, "parce que le testing a clairement conclu à un niveau élevé de discriminations". D’autre part, "parce qu’elles ne sont pas parvenues, malgré de multiples relances, à produire un plan d’action satisfaisant pour remédier à leur situation". Un verdict contesté par AccorHotels. "Nous avons immédiatement réagi en lançant, dès le mois de janvier 2017, un plan d’actions complet, comprenant notamment une nouvelle campagne de sensibilisation, des outils à destination de tous les directeurs de nos 1635 hôtels en France et un plan d’auto-testing courant 2017", explique l'entreprise.

Le ministère a, toutefois, décidé d'alerter le Défenseur des droits qui procèdera à l'examen de ces signalements.

Et Myriam El Khomri ne compte pas s’arrêter là : une prochaine opération de testing sera lancée en septembre 2017. Elle sera étendue cette fois à une centaine de sociétés. "Les entreprises qui ont eu des mauvais résultats en 2016 pourront être testées à nouveau en 2017", avait-t-elle prévenu en avril. Un DRH averti…

 

Capture 2

Essai gratuit

Anne Bariet
editions-legislatives